Arval by ArcelorMittal : Mémorial de Dun-les-Places (58)

Un bardage Arval by ArcelorMittal pour le Mémorial de Dun-les-Places (58) inauguré le 26 juin en présence de François Hollande

Livia Marchand - Studio Indélébil - Graphistes

© Livia Marchand – Studio Indelebil

Plus de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le Mémorial de Dun-les-Places (58), villagemartyr le plus touché en Bourgogne en plein coeur du Morvan, a ouvert ses portes le 7 mai 2016. Ce nouveau lieu a pour vocation de perpétuer et transmettre le souvenir des événements qui se sont déroulés du 26 au 28 juin 1944, au cours desquels 27 personnes ont été fusillées et massacrées par les Allemands. Il sera inauguré le 26 juin prochain en présence de François Hollande, perpétuant ainsi la présence renouvelée de François Mitterrand aux côtés des survivants et des familles durant de longues années.

La bâtisse intercommunale qui abrite désormais le Mémorial a été entièrement métamorphosée et une extension – « l’Eclair » – a été créée. L’architecture jouant un rôle essentiel dans l’identité de ce lieu de mémoire, l’Atelier Correia Architectes et Associés en charge de la réalisation du Mémorial, a souhaité la discrétion tout en choisissant des matériaux rappelant la fonctionnalité du lieu.
Un bardage en acier à l’aspect métal rouillé d’Arval by ArcelorMittal a notamment été choisi pour l’extension afin de symboliser à la fois le temps qui passe et la mémoire qui reste vive.

Une architecture au service de la mémoire

« 26, 27 et 28 juin 1944. Se souvenir et comprendre ». Les mots gravés à l’entrée du Mémorial de Dun-les- Places résument à eux-seuls la philosophie de ce lieu dédié à la mémoire des 3 jours d’horreur vécus par le village.
Porté par la Communauté des Portes du Morvan, avec le concours de l’association Mémoire de Dunles- Places et Morvan terre de Résistances-ARORM, le Mémorial se veut être un centre d’interprétation qui donne à entendre la parole des survivants, interroge les conditions de la reconstruction physique et morale et apporte une réflexion sur la justice et la barbarie.

Pour concevoir ce lieu de mémoire, l’Atelier Correia Architectes et Associés, le maître d’oeuvre, a souhaité respecter les attentes des habitants du village : « La moitié des Dunois voulait inscrire le passé dans le paysage. L’autre moitié ne souhaitait pas que leur village soit trop connoté par le massacre de 1944 », se souvient l’architecte Cyril Brulé. Le choix a alors été fait de réaliser une construction discrète tout en ayant des signaux forts.

Moins d’un an après la pose de la première pierre en juillet 2015, le projet prend place dans un bâtiment existant, une ancienne habitation qui a été entièrement rénovée pour en faire un musée. Une nouvelle construction en forme d’éclair traverse la maison pour « symboliser la fracture dans la vie tranquille du village », explique Cyril Brulé.

Cette extension abrite une salle volontairement obscure, sans fenêtre, qui renferme les témoignages poignants des survivants et descendants des victimes. Une longue frise noire parcourt les murs sur laquelle sont tracés des croquis qui illustrent les événements des 26,27 et 28 juin 1944 et des écrans donnent la parole aux témoins.

Un bardage couleur rouille pour évoquer le passé et la période de la guerre

A la fois visible depuis le village sans être trop affirmée, l’extension du bâtiment joue le rôle de signal. Elle se compose d’une structure légère en ossature bois recouverte de parois en biais découpées en forme d’éclair.

Pour l’enveloppe, les architectes de l’Atelier Correia souhaitaient obtenir une peau lisse en jouant sur un calepinage de plaques apparentes avec un aspect non uniforme en termes de couleur.
La meilleure réponse leur a été apportée avec des lames type ST300 laquées d’Arval by ArcelorMittal qui ont été fabriquées sur mesure pour ce projet afin de reproduire l’aspect rouille souhaité et d’adapter le design de la lame. Au total, ce sont 233 lames qui ont été posées verticalement par l’entreprise de pose Piguet, en quinconce, à la manière d’un parquet.

Disponibles en largeurs standards de 300, 400 et 500 mm, les modules ST d’Arval by ArcelorMittal sont des lames pliées en tôle d’acier revêtu, inoxydable ou d’aluminium (ici en acier revêtu laqué) s’emboîtant par leurs rives longitudinales. Elles sont caractérisées par un système de fixations inapparentes qui assure une fluidité des lignes. Le toit de l’extension a également été recouvert du même matériau.

« En plus d’évoquer le passé et la période de la guerre, la couleur rouille se marie très bien avec l’environnement verdoyant de Dun-les-Places », précise Cyril Brulé. Véritable fil rouge, cette teinte est également présente à l’intérieur du Mémorial (couloir), sur le parcours extérieur autour de l’église (bancs de citations) ainsi que sur d’autres dispositifs du Morvan permettant de découvrir l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre Mondiale (« Les Chemins de Mémoire »).

Cette réalisation illustre une nouvelle fois le savoir-faire et la capacité des équipes d’Arval by ArcelorMittal à faire du sur-mesure, qu’il s’agisse de la géométrie ou de la couleur, en fonction des attentes architecturales.

La gamme « lames planes » d’Arval by ArcelorMittal au service de la créativité

Arval by ArcelorMittal propose une large gamme de lames planes, disponibles en plusieurs largeurs, voire même en modules sur mesure, permettant aux maîtres d’oeuvre de démultiplier leurs capacités architecturales :

  • ST, Hairplan® et Hairline® : une gamme de lames en finition lisse avec ST et Hairplan®, perforée avec Hairplan® Déco ou micro-nervurée pour Hairline® – en acier prélaqué à poser verticalement ou horizontalement, à fixations invisibles. Hairplan® et Hairline® permettent d’imaginer la façade lisse idéale, sans le moindre relief ni la moindre aspérité. Le vent, la pluie, les rayons du soleil glissent sur le bâtiment. C’est véritablement le système qui inspire un concept de pureté et de simplicité, inaltérable, indémodable. Hairplan® Déco permet de transformer un simple espace intérieur en espace de vie fonctionnel et agréable. Le système a également été pensé pour un confort acoustique appréciable.
  • ST® Evolution : une lame en acier revêtu renforcée par un contre parement plan et rigide constitué d’un matériau de synthèse. La conception linéaire de la gamme ST® Evolution accentue la perception de l’espace par une longueur de lame pouvant atteindre 6 mètres. En trames standard (500-600-900 mm) ou en modules sur mesure, ST® Evolution devient la solution au sens large, qui fait en plus rimer planéité avec modularité.
  • ST® Lumière : une lame perforée et emboutie, réalisée en acier prélaqué, inoxydable, Kristal® ou aluminium. Utilisée en brise-soleil ou sur toiture, ST® Lumière ouvre de nouveaux espaces d’expression pour la création de forme complexe plane ou convexe. Elle s’adapte tout aussi parfaitement à la décoration intérieure qu’au parement de façade. En plus de sa souplesse d’utilisation, le système dévoile des jeux contrastés d’ombre et de lumière très spectaculaires. Elle est réalisée au pas de 300 et s’adapte réellement aux contraintes dimensionnelles du chantier.

L’ensemble de la gamme est notamment destiné à la réalisation de bardages rapportés sur façades de bâtiments neufs ou en rénovation, de bâtiments publics ou privés, industriels, commerciaux ou d’habitation.

Vous trouverez l’intégralité du communiqué de presse ci-après : CP Arval_Mémorial Dun-les-Places_Juin 2016

Ainsi que le kit média (comprenant les visuels liés à ce communiqué de presse) : Kit média_Arval_Dun-les-Places