Des exploits et des trophées en cascade pour le nageur de l’extrême Steve Stievenart ! 

Températures très basses, requins, méduses… rien n’arrête le nageur en eau libre Steve Stievenart ! Ce sportif qui privilégie les traversées de plus de 30 kilomètres, dans des conditions extrêmes, accorde une importance primordiale à l’environnement. Le Wimereusien, surnommé « Steve le phoque » du fait de son régime alimentaire composé en grande partie de poissons gras, conjugue toujours exploit sportif et communion avec la nature.

Après sa très remarquée traversée de la manche aller-retour en 34 heures et 45 minutes en 2020 (Two Way), il s’est attaqué à de nouveaux défis aquatiques ces derniers mois : la Triple Couronne qui comprend la Manche, Manhattan et l’île Santa Catalina en Californie, la traversée du canal du Nord entre l’Irlande et l’Écosse (North Channel), le lac Loch Ness, les eaux glaciales du Lac Baïkal en Russie… Que d’exploits sportifs extrêmes qui viennent s’ajouter à un palmarès déjà bien garni !

Claire Gagnaire
Secrétaire générale Hellio 

Pour son sponsor Hellio, acteur de référence de la maîtrise de l’énergie, les défis relevés ne sont pas une surprise. « Steve a la vocation de toujours dépasser ses limites, de relever des défis tous plus fous les uns que les autres. Nous sommes fiers de le soutenir financièrement dans chaque action qu’il entreprend. Il sait prouver que l’énergie a de l’impact », commente Claire Gagnaire, secrétaire générale Hellio.

Un impact également dans la droite ligne de son engagement environnemental à travers sa fondation Stop Plastic Pollution qui a pour vocation de sensibiliser à la pollution sur les plages.

Steve Stievenart 

« Hellio m’accompagne depuis deux ans maintenant. Nous partageons les mêmes convictions profondes concernant l’environnement. Nous sommes complètement raccord sur tout, sur les problématiques du changement climatique, les économies d’énergie. » commente Steve Stievenart.

Février 2022 : 1er français à boucler la Triple Couronne, avec le Santa Catalina-Los Angeles 

Steve Stievenart a débuté très fort l’année 2022 avec un nouvel exploit de nage en eau libre, le 2 février 2022 : la traversée du Catalina Channel aux États-Unis.

Évoluant entre algues et requins, le nageur de l’extrême est ainsi parvenu à rallier Los Angeles depuis l’île de Santa Catalina, en tout juste 13h41.

Ajoutant ce parcours de 35 kilomètres à ses précédentes traversées de l’English Channel et des 40 bridges à New-York, il devient le 1er Français à réaliser cette trilogie de courses emblématiques : la Triple Couronne !

Record de traversée de la Manche la plus tardive dans l’année en novembre 2021

Ce challenge, très suivi par la communauté des nageurs en eau libre, a été relevé par Steve Stievenart le 11 novembre 2021. Il a parcouru les 33,5 kilomètres en 16h47, réalisant ainsi la traversée la plus tardive de la Manche depuis 1875.

Une performance d’autant plus remarquée qu’elle a été effectuée dans une eau particulièrement froide à cette époque de l’année, à tout juste 12 degrés.

Pour couronner ce nouvel exploit, Steve Stievenart a eu le plaisir de remporter en Angleterre, en mars 2022, le prestigieux “Des Renford Award” récompensant la traversée la plus méritoire de 2021.

Très heureux de cette nouvelle reconnaissance, Steve Stievenart en a profité pour remercier toute son équipe :
Maz Critchley et Simon Ellis, ses pilotes, Kevin Murphy et Kathie Bates ses entraîneurs, Fred Vandrepote, Andrew Wolf son médecin, Mike Ball son life guard, Colin Palmer son observer et Hellio son sponsor.

North Channel, entre magie des dauphins… et violence de piqûres de méduses en septembre 2021

Une traversée de 35 km entre l’Irlande et l’Écosse, dans des conditions climatiques et physiques particulièrement difficiles : voici le North Channel !

Ce parcours, mythique et redouté, consiste à évoluer dans le Canal du Nord, détroit qui relie la mer d’Irlande et l’océan Atlantique, passant entre l’Irlande du Nord et l’Écosse. Faisant partie des défis de nage en eau libre dits extrêmes, plusieurs sportifs l’ont tenté, mais beaucoup d’entre eux se sont heurtés à d’infructueuses tentatives.

Le 15 septembre 2021, Steve Stievenart a réussi à boucler en moins de 15 heures cette course hautement crainte par les nageurs, en raison des conditions extrêmes à braver. La température y est très basse, le temps et les courants y changent fréquemment, mais surtout, la faune marine peuplant cette zone est particulièrement redoutable. Les méduses sont des habitantes omniprésentes dans ces eaux, avec une mention spéciale aux Lions Mane Jellyfishes, dont les filaments atteignant parfois 20 mètres de long sont particulièrement douloureux et dangereux.

« Au-delà des températures très basses, ce sont les violentes piqûres des innombrables méduses qui ont fait de cette traversée une des plus dures à accomplir. Je m’étais pourtant entraîné à nager parmi les méduses, mais les conséquences des attaques de leurs filaments urticants, qui accélèrent le rythme cardiaque et qui m’ont à moitié paralysé la bouche un bon moment, ont vraiment été une épreuve redoutable ».

Pourtant, ce que je retiens par-dessus tout est l’exceptionnelle symbiose ressentie avec l’environnement pendant ma nage, et la magnifique escorte de dauphins, un moment absolument magique pour toute mon équipe », souligne Steve Stievenart.

Pour ce challenge de l’extrême somptueusement accompli, Steve Stievenart a reçu en mars 2022 l’Award Mercedes Gleizes, de la part de l’IDLSA, trophée qui récompense le nageur qui a enduré les conditions les plus difficiles lors de sa traversée entre l’Irlande et l’Ecosse

Un trophée bien mérité, qui scelle un exploit sportif dont Steve retient surtout, plus encore que sa dureté physique,
« une aventure humaine et sportive mémorable en connexion avec la Nature ».

26 août 2021 : la traversée du mythique lac Loch Ness en Ecosse 

Le 26 août 2021, Steve Stievenart réalise la traversée du mythique lac Loch Ness, avec ses eaux noires et ses conditions
changeantes. 55 ans après la nageuse anglaise Brenda Sherratt, Steve Stievenart devient, en 14 heures et 50 minutes la 26ème personne et surtout le 1er Français à réussir cette traversée de 37 Km… un peu à l’improviste ! En effet, c’est son entraîneur, Kevin Murphy, qui lui souffle l’idée en raison d’une fenêtre météo favorable.

« C’est une expérience incroyable car l’eau est vraiment noire, il n’y a aucune visibilité. J’ai eu beaucoup de chance que les éléments soient avec moi ! Le soleil est apparu et il n’y avait pas trop de vent. C’est une traversée qui est très difficile, il y a beaucoup de tentatives mais pas beaucoup de réussites malheureusement. »

Les “40 bridges” à New York : 2 tours de l’île de Manhattan les 13 et 14 août 2021

Les 13 et 14 août 2021, Steve Stievenart boucle l’épreuve des 40 bridges (ponts) de New York, soit 2 tours de Manhattan, de près de 100 kilomètres en 21 heures et 20 minutes.

« Des courants impressionnants, une chaleur étouffante la journée, des orages qui approchaient ont fait de cette course une des plus dures que j’ai réalisées, mais je suis tellement heureux de l’avoir fait ! », témoigne le sportif.

La traversée dans les eaux glaciales du Lac Baïkal en Russie les 12 et 13 juillet 2021

Après 29 heures de relais intenses de 5 minutes entre 8 nageurs internationaux dans une eau entre 4° et 9°, le principal objectif de rallier les 55 kilomètres séparant la ville de Vidrino et Shamman Stone de l’autre côté du lac a été atteint dans des conditions extrêmes.

La seconde partie de l’expédition, qui devait les mener de Shamman Stone (à l’entrée de la rivière Angara) jusqu’à Irkoutsk, a finalement été écourtée par la protection civile, en raison des conditions météo jugées trop dangereuses.

« Nous avons parcouru 26 km dans une eau à 4° – normalement il fait entre 12° et 14° à cette période de l’année – en se relayant toutes les 5 minutes mais la nature et la protection civile en ont décidé autrement ! Le brouillard omniprésent, qui a fait stopper le relais une première fois, le bateau ayant même perdu un nageur pendant 5 minutes provoquant un gros coup de stress parmi nous, et la température de l’eau stagnant à 4° ont fait prendre la décision collective de stopper cette seconde partie afin de ne pas mettre en danger la vie des nageurs. Il faut savoir écouter la nature et rester humble face à elle », raconte Steve Stievenart. Nul doute que sa préparation hivernale spécifique, avec ces moments où il se retrouvait à nager seul en pleine nuit par 0° ou quand il sortait de l’eau pour boire un thé et qu’il repartait dans le froid, a permis à ce sportif de l’extrême de tenir la distance !

Outre le défi sportif, Steve a également profité de son séjour en Russie pour étudier ce fantastique milieu naturel qu’est le lac Baïkal. « Le microscope m’a permis d’observer une petite partie des 3 500 espèces de plantes et animaux du lac dont 2 600 sont endémiques. C’est fascinant ! Je suis très honoré d’avoir reçu le certificat du bureau des Nations Unies en Russie pour avoir participé à la réalisation des objectifs de l’ONU dans la protection environnementale », souligne Steve Stievenart.

Toujours en quête de nouveaux défis à relever, Steve Stievenart a déjà plein d’autres projets en tête : une nouvelle expédition sibérienne du lac Baïkal avec descente de la rivière Angara, et peut-être bien la Triple Couronne en double sens cette fois-ci avec l’aller-retour Catalina…Nouveaux exploits à suivre !

Télécharger le communiqué ci-après : CP Steve Stievenart exploits 2021_2022

Télécharger le kit média complet ci-après : Kit media_Steve Stievenart